L’équipe 4 s’est déplacée à Annecy pour la phase aller de DR3. Cette équipe vise la montée cette année, et c’est bien parti avec cinq victoires en autant de matchs! Vivement la phase retour!

Chronique d’un aller : « la division régionale ça vous gagne ».

Après des semaines d’attentes fébriles, le roster est annoncé.

Dès le lendemain le mail est lancé et seulement 6 FANTASTIX FOUR sont disponibles pour cette première phase à Annecy (Maité, Vaness, Nico, Gwenny, Pierre et Juan). Un rapide appel à la rescousse et voilà Dominique et Baptiste qui se portent volontaires pour nous rejoindre.
Jour 1 : Tel une équipe de HAT dans un tournoi de débutants, on se connaît à peine, on fait les présentations, on retient nos surnoms et on écoute les consignes de Juan : « attaquez vos disques, attrapez les à deux mains, assurez vous de bien le tenir avant de tenter une passe et surtout, méfiez vous des handlers… où que vous soyez, quelle que soit votre course, un frisbee peux vous arriver dessus, que celui-ci soit à l’endroit, à l’envers, dans le fermé ou dans l’ouvert, ne nous perdez jamais des yeux !! »

On connaît beaucoup de monde dans le gymnase et travaillons dès maintenant pour notre capital sympathie. On dit bonjour à tout le monde, on échange des nouvelles avec les autres équipes et on dépense nos économies à la buvette : makeourspiritgreatagain

Les bases sont posées et après un échauffement enthousiaste et sérieux nous entamons notre premier match contre Arnas Shamrock 2. Cette jeune équipe reste en-dessous de nous sur les plans tactiques, physiques et techniques, qui restent des points essentiels pour viser une victoire, et nous n’avons pas de grandes difficultés à enchaîner les défenses. Les phases offensives sont réussies et nous terminons le match en 18minutes sur le score de 13-1.

Le temps d’un debrief où peu de choses étaient à relever et nous poursuivons sur notre lancée pour notre deuxième match face à Choucas (Annecy 3). D’un niveau similaire, nous restons une fois encore appliqués et leur zone en fin de match (d’une forme tout à fait intéressante) ne stoppera pas notre avancée. Score final 13-2.

Malgré la différence de niveau, visible par le sore notamment, ces deux équipes ont bataillé sévère sans jamais baisser les bras. Elles ont aussi su garder le sourire alors que l’écart se creusait et étaient tout à fait ouvert lors des discussions de points de règles mal maîtrisés.

Un repas riche en protéines et en ragots de tout genre occupe une soirée que nous ne prolongeons pas à outrance. Quelques étirements, un shifumi pour se répartir les lits et nous tombons dans les bras de Morphée.
Jour 2 : nous jouerons notre premier match à 7, Dominique ayant un impératif à proximité de Lyon le samedi soir. Réveil musculaire puis échauffement habituel afin d’être à 100% dès le début du match contre Yléoumontdisc (Chambéry2). Match vraiment semblable aux précédents, Chambéry est une équipe au capital sympathie hors normes, mais cela ne suffit pas pour gagner des matchs. Nous déroulons notre jeu habituel pour mener le match de bout en bout avec un score final de 13-2.
Soyons tout à fait franc, le niveau de cette DR3 est très hétérogène. Monkeykey et Crazy Bees de Crest ont eux aussi montré être d’un niveau supérieur en infligeant des scores sévères aux équipes que nous avons déjà rencontré. Ce sont nos deux prochaines rencontres et Dom n’est toujours pas arrivé.

20 minutes d’échauffement pour les 7 présents, le Buzzer retenti, début du match contre Monkeykey. Pas le choix on se donne à fond. Tel un diesel, les Monkey peinent à entrer dans leur match nous tendant une perche que l’on se presse de prendre. Nous enchaînons défense sur défense et nos contre-attaques se font avec explosivité jusqu’à mener 8-3 à 5 minutes de la fin. Dom est arrivé entre temps, tout bleu d’avoir fait Lyon/Annecy en moto par -2°C, il a pris le temps de s’échauffer, à raison, pendant la première partie de match pour ne pas risquer la blessure. Les Monkey eux aussi ont eu le temps de s’échauffer et leur montée en puissance rend le match beaucoup plus accroché. Plus physique aussi avec une augmentation des contacts (torts partagés). Le Cap + 2 systématique nous dessert un peu puisque le match durera longtemps après la fin du temps imparti avec une belle « remontada » des Monkeykey qui s’enflamment sous les encouragements du gymnase. L’ambiance est électrique, ça hurle dans les tribunes, les spectateurs tapent des mains et célèbrent chaque point Monkey comme si c’était les leurs. Nous étions la team à battre, c’est de bonne guerre, et sous cette pression nouvelles nous multiplions les erreurs. 8-7, c’est le moment de renverser la vapeur, un temps mort appelé, on fait redescendre la pression. On repart avec zénitude, l’esprit au clair et scorons enfin les points qui nous manquaient tant.  10-8 score final et une leçon à retenir, la pression est un terrible adversaire.

Pas le temps de se refroidir, un autre match difficile est en approche. Les Crazy Bees n’ont perdu qu’un seul match contre Monkey et s’annoncent comme des adversaires de taille. 4-3 en 10 minutes, effectivement ils ont des arguments à faire valoir. Nous restons plus physiques sur la durée, ils baissent de régime alors que nous conservons notre cadence. Leurs passes deviennent de plus en plus difficiles et des switchs bien appelés sur leur stack H nous permettent de maîtriser la défense. Une pluie de scoobers dans le coté fermé suivi d’une continuité qui commence à se roder entre les middles nous permet de scorer. Leur engagement physique de fin de match ne leur permettra pas de marquer à nouveau et nous terminons donc sur un score de 13-3. C’est à cette sympathique team que nous donnerons notre meilleur note de spirit car elle a su conserver un état d’esprit irréprochable malgré le score sévère et rester très propre dans le jeu avec des contacts quasi inexistant malgré l’intensité physique. Nous aurons plaisir à les revoir en poule haute, ainsi que Monkeykey, lors de la phase retour qui aura lieu à Crest début 2018.

Juan.

 


Il y avait précédemment un second résumé qui se voulait humoristique mais de mauvais goût. Il a donc été supprimé.